HISTORIQUE     Johann PUCH  (27/06/1861  -  19/07/1914)
 
   La maison Puch fut créée en 1899 à Graz (Autriche), par le serrurier Johann Puch, pour la construction de bicyclette.
1901 Johann Puch sort la première motocyclette puis en 1903 produit ses premières motos de 244 cm³. Il construit aussi des automobiles. Il devient bientôt le principal constructeur Autrichien de motos.
1923 L'ingénieur italien Giovanni Marcellino conçoit le premier moteur deux temps double pistons en U (chambre d'explosion commune). Ce type de moteur constitue, pendant cinquante la base de la plupart des Puch. Les premières versions sont des 122 cm³, mais la cylindrée passe bientôt à 250 cm³. Les versions compétitions sont tout aussi efficaces.    (Voir La  Production Puch Avant-Guerre)
1934 Création du groupe Steyr-Daimler-Puch par fusion de trois firmes. Apparition de nouveaux modèles, dont la quatre-cylindres à plat opposés à soupapes latérales de 800 cm³,(voir La  Production Puch Avant-Guerre) livrés pour la plupart aux administrations autrichiennes.. Une bicyclette motorisée apparaît en 1937 puis une 125 cm³ monocylindre en 1940. Ces deux types formeront la base de la production de l’après-guerre.      
1946 Reprise de la production des monocylindres 125 cm³ et des modèles deux temps double pistons en U (chambre d'explosion commune)  de 175 à 250 cm³. (Voir Visite de l'usine de Thondorf) La marque Puch s'exporte aux États-Unis sous l'écusson Sears et Allstate. Les cadres emboutis sont adoptés en 1951. Les cyc
los et scooters à moteurs deux temps, refroidis par air forcé, 49 à 125 cm³, sont produits à partir de 1952. Des machines tout-terrain de compétitions s'affirment en enduro et en cross. Harry Events remporte le Championnat du monde de motocross en 1975 en 250. Le cyclomoteur Maxi de 49 cm³, fabriqué en 1968,  se vend en grand nombre ... Puch en 1970 recentre ses activités sur la production des 50 cm³.
1987  Piaggo rachète la marque et arrête la production en Autriche.


DESCRIPTION  TECHNIQUE
 
            Le moteur Puch


Ce moteur à deux temps fonctionne en circuit continu, c’est-à-dire qu’il n’y a qu’une circulation d’un bout à l’autre du double cylindre. La réalisation normale de ce processus comporte une disposition des pistons travaillant en opposition l’un à l’autre et un mécanisme trop compliqué pour un véhicule à moteur. C’est pourquoi cette exécution n’entre guère en ligne de compte pour une motocyclette. Représentons-nous maintenant le long cylindre de ce moteur courbé en son milieu à 180, nous aurons alors le cylindre dénommé en “U” avec double piston, tel qu’il est employé dans la Puch. Le canal d’admission “A” se trouve au bout de l’un des cylindres, le canal d’échappement “E” à l’extrémité de l’autre demi-cylindre. Comme dans le cas du moteur à deux temps avec pistons fonctionnant en opposition, nous aurons également ainsi un balayage. des gaz assurant sans pertes un remplissage intégral du cylindre.
Cependant les pistons ne se meuvent pas en opposition mais descendent et montent presque simultanément de telle sorte qu’ils peuvent être mus par une seule bielle et un vilebrequin à un maneton. Grâce à cette construction spéciale au moteur Puch avec deux pistons commandés par une seule bielle, il se produit un mouvement relatif des deux pistons tel que le piston côté admission soit toujours décalé par rapport ‘au piston côté échappement, sauf aux deux points mo
rts.
De cette façon, la lumière d’échappement sera ouverte alors que la lumiè
re latéraled’admission est encore fermée. La lumière d’admission s’ouvrira seulement au moment favorable.
Ce mode de construction évite que les gaz frais du carburateur ne se   mélangent avec les gaz résiduels. Arrivé au point mort, le piston côté échappement reste en attente en quelque sorte jusqu’à ce que le piston côté admission l’ait rattrapé et que tous deux soient au même point bas. Lors de la remontée des deux pistons, le piston côté échappement prend encore une fois de l’avance et obture la lumière d’échappement avant la fin de l’admission. De cette façon les fuites indésirables de gaz frais sont efficacement empêchées.
Nous constatons ainsi que le moteur Puch à deux pistons, allie de façon particulièrement heureuse les avantages du moteur deux temps à pistons opposés: à savoir les conditions optimales d’évacuation des gaz à ceux d’une construction simple.
Ces considérations théoriques ont des conséquences pratiques très réelles: le moteur Puch à deux pistons n’a, pour un haut rendement, qu’une consommation d’essence extrêmement faible. En même temps, il évite au plus haut point les ennuis onéreux du quatre temps. Le moteur Puch à deux pistons possède une courbe de puissance régulière et travaille aussi aux basses vitesses de rotation de façon tout à fait régulière. De la sorte, le moteur Puch à double piston réalise un progrès important dans la construction des moteurs puisqu’il est parvenu à
réunir les avantages de construction des moteurs à deux et à quatre temps.




Créé avec Créer un site
Créer un site